Corps de pierre, corps de chair. Sculpture et théâtre

 

Une interrogation traverse les grandes réformes du théâtre moderne : le rapport de l'acteur, corps de chair, à la sculpture, corps de pierre. Pour devenir « art », la scène engage le dialogue avec les autres arts et c'est à sa relation, jamais étudiée auparavant, avec la sculpture, que ce livre se consacre.

1 2 3 4 5 6

24,00 € TTC

Titre Corps de pierre, corps de chair
Sous titre Sculpture et théâtre
Auteur Monique Borie
Collection À la croisée des arts
Genre Essai
Domaine Théâtre et sculpture
Date de parution 16 novembre 2017
Pages 160
Format 15 x 21 cm
Poids 225 g
ISBN 978-2-37769-022-0

Une interrogation traverse les grandes réformes du théâtre moderne : le rapport de l'acteur, corps de chair, à la sculpture, corps de pierre. Pour devenir « art », la scène engage le dialogue avec les autres arts et c'est à sa relation, jamais étudiée auparavant, avec la sculpture, que ce livre se consacre. Sculpture qui intervient comme une image de combat dans la lutte contre la tentation réaliste que peut nourrir le corps vivant de l'acteur et dont il s'agit de se libérer pour bon nombre de gens de théâtre, d'Adolphe Appia à Vsevolod Meyerhold et d’Étienne Decroux à Jerzy Grotowski ou Eugenio Barba. Ils se placent à la frontière entre le corps vivant et le corps sculpté et s’inspirent pleinement de cet « ailleurs ». De l'autre côté, se dessine la famille qui va de Maurice Maeterlinck et Edward Gordon Craig à Tadeusz Kantor ou même Jean Genet — où les enjeux de la référence à la statuaire associent à la dimension purement plastique une dimension que l'on peut qualifier de métaphysique, au sens d'Antonin Artaud. Il s'agit ici de placer le théâtre au coeur du dialogue avec l'art de la sculpture et de convoquer les propos et les visions des historiens de l'art ou d'un Auguste Rodin, Antoine Bourdelle ou Alberto Giacometti afin d'éclairer conjointement la quête du théâtre et la sculpture. Monique Borie pose la question et interroge les enjeux de la matière aussi bien que les tensions entre le vivant et l'inerte, le mouvement et l'immobilité, la vie et la mort. Elle se situe au carrefour des arts en découvrant comment le corps de pierre regarde du côté du corps de chair. Tandis que le théâtre, lui, art du corps de chair, regarde du côté du corps de pierre.